L’affacturage pour tous, mythe ou réalité ?

L’affacturage pour tous, mythe ou réalité ?

Pour qui ne le connaît pas, l’affacturage est en quelques mots, une solution de financement de factures. En pratique, lorsque qu’une société vend un bien ou un service à une autre, elle lui accorde un délai de règlement. Or ce délai peut être plus ou moins long, … et plus ou moins respecté. C’est pour neutraliser ces deux facteurs qu’apparaît l’affacturage. C’est une réponse simple et souple qui permet aux entreprises de s’affranchir de la durée de règlement accordée à ses clients. Concrètement, pour ne pas avoir à attendre la date d’échéance et être payée de suite, une société peut céder sa ou ses factures à un factor (un établissement financier spécialisé dans le financement de factures) qui finance et en obtenir entre 85% et 90% en 24 heures. Le solde est lui, réglé à la date d’échéance initiale. Concrètement, une société qui facture 10 000 € HT (12 000 € TTC) à 45 jours fin de mois devra attendre en moyenne 60 jours si le client paye à la bonne date, ou 72 jours s’il paye dans les délais moyens de retards observés en France. Avec l’affacturage, elle obtiendra 10 800 € 24 heures après l’émission et la cession de sa facture, et le solde le jour où le client aura réglé le factor. Posons le décor : 45% des 20 millions de PME européennes déclarent avoir accepté des délais de paiement plus longs que ceux habituellement consentis. Et dans 35 % des cas, Ils l’ont fait à la demande d’une grande entreprise (1) ! En France, 72 % des entreprises ont accepté des délais de paiement plus longs que ceux habituellement consentis. A ceci s’ajoute...